Édimbourg, menacée à son tour par le tourisme de masse

Édimbourg est la dernière destination en date à donner de la voix contre un nombre de touristes toujours plus important. En 2017, la ville de 500 000 habitants a accueilli 4,1 millions de visiteurs. Face à un tel afflux, que ressentent les habitants ? Et quelles sont les solutions envisagées pour que la ville ne connaisse pas le même sort que d’autres villes européennes, à l’instar de Reykjavik ou Barcelone ?

Au sommet du Royal Mile, la foule des visiteurs patiente devant le château d'Edimbourg.  (photo Julie Jeunejean/8e étage)
Au sommet du Royal Mile, la foule des visiteurs patiente devant le château d'Edimbourg.
(photo Julie Jeunejean/8e étage)

En remontant le Royal Mile, l’artère principale de la vieille ville d’Edimbourg, on aperçoit au loin des piétons encercler plusieurs artistes de rue. D’autres se prennent en selfie devant des statues vivantes qui aimeraient nous faire croire qu’elles flottent dans les airs. Au sommet de l’imposante avenue, une forteresse surplombe des visiteurs qui se pressent à ses portes. En 2017, l’attraction la plus populaire de la ville a attiré deux millions de visiteurs : un record.

Deuxième destination la plus touristique du Royaume-Uni, Édimbourg connaît un véritable boom depuis 2010, rapporte le Conseil municipal. La ville a vu le nombre de ses visiteurs augmenter d’un demi-million, atteignant les 4,1 million de visiteurs par an dans une ville qui ne compte que 500 000 habitants.

Un succès qui s’explique par la préservation de son architecture – ses quartiers médiévaux et géorgiens sont classés au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995 –, ses festivals de renommée internationale, dont le Festival International d'Édimbourg et The Fringe, mais aussi par ses liens avec la série de livres et de films Harry Potter. Lors de la rédaction de son œuvre, J.K. Rowling se trouvait à Edimbourg et a largement puisé son inspiration dans l’architecture de la ville.

Cet engouement fait le bonheur de l’industrie du tourisme qui rapporte 1,46 milliard de livres sterling à l’économie d’Edimbourg chaque année, et est à l’origine de la création de 34 800 emplois. Reste que son augmentation soulève des inquiétudes parmi la population, comme l’a révélé un dossier publié par le Conseil municipal de la ville en janvier dernier.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE