Brigade des abîmes

Paris, la ville lumière, est construite sur un réseau souterrain. Après plusieurs effondrements mortels, le roi Louis XVI crée en 1777 l’Inspection Générale des Carrières dont la mission est de restaurer et consolider le réseau souterrain. 241 ans plus tard, l’IGC – qui veille toujours à prévenir les éboulements – collabore avec le GIP qui contrôle ces galeries interdites au public par arrêté préfectoral depuis le 2 novembre 1955.

Deux policiers écoutent attentivement les consignes de sécurité avant de s'engouffrer dans les carrières de paris. Ils descendront a 30 mètres de profondeur, coupés de tout moyen de communication avec l'extérieur. (photo Pierre Berthuel/8e étage)
Une jeune policière descend avec prudence dans le réseau souterrain qui s'étale sur 300 km sous la ville de Paris. (photo Pierre Berthuel/8e étage)
L'accès au carrières de Paris s'effectue par des trapes aménagées d'une échelle et de portes en metal cadenassées qui interdisent l'accès aux souterrains. (photo Pierre Berthuel/8e étage)

(Cliquez pour naviguer dans la galerie)

Cela fait 12 ans déjà que le brigadier chef Sylvie Gautron est à la tête d’une brigade unique au monde, le GIP (Groupe d’Intervention et de Protection). Sa brigade de 50 policiers et elle évoluent à 30 mètres de profondeur dans un réseau de 300 km de galeries sous Paris, de couloirs étroits, de chatières de quelques dizaines de centimètres de diamètre, de passages inondés, dans une atmosphère humide, suffocante, une obscurité impénétrable et surtout un haut risque d'éboulements. Les membres du GIP patrouillent 2 à 3 fois par semaine sous terre pour cartographier toute nouvelle modification du réseau (nouvelles galeries mises à jour par les cataphiles, passages clandestins...).

Même après des années de service, la carte de navigation est indispensable pour ces équipes car un moment d’inattention peut vous faire perdre le chemin dans ce labyrinthe. À chaque descente, un policier different prend le commandement. Dans les couloirs obscurs et humides, équipé de torches frontales, on ne perçoit qu'à 10 mètres. Tous les sens sont en alerte. L’odorat permet de déceler la présence civile dans le réseau car, aussi profond que l’on soit sous terre, les odeurs restent prisonnières dans les galeries pendant plusieurs jours. C’est une des techniques de détection de présence civile les plus efficaces utilisées par la brigade.

En plus d'appréhender les visiteurs clandestins et dresser des contraventions, le GIP contrôle l’état des structures et transmet ses comptes-rendus à l’IGC. Ils sont également parfois appelés pour des missions de recherche de personnes perdues ou pour des accidents dans le réseau.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE