La banquise auvergnate

Ce pêcheur attend d'avoir une touche. Mais être loin des berges du lac et isolé des autres pêcheurs n'est pas la meilleure façon d'attraper du poisson. (photo Pierre Berthuel/8e étage)
Le lac de Guery a des airs de Grand Nord avec ses amateurs de pêche blanche et ses promeneurs qui sortent du brouillard et de la forêt. Ces derniers viennent encourager les pêcheurs et boire du vin chaud avec eux. (photo Pierre Berthuel/8e étage)

(Cliquez pour naviguer dans la galerie)

Inutile de se rendre au Québec pour pratiquer la pêche blanche. Le lac de Guery, qui culmine à 1250 m d’altitude au cœur du Massif central, se transforme chaque année en banquise et devient le lieu de rendez-vous des amateurs de pêche sur glace.

De toute la France et même de l’étranger (Russie, Moldavie...), ils viennent affronter des conditions météo équivalentes à celles du Canada : brouillard, neige, températures négatives, vent sur 25 hectares de glace épaisse de 30 cm. À la tarière, à la hache ou à la barre à mine, la centaine de pécheurs devra d’abord faire son trou et installer son campement avant de patienter des heures dans le froid, équipés de matériel inspiré de celui des trappeurs canadiens.

Le 3 mars à 7 heures du matin, le coup de sifflet annonce l’ouverture de la pêche blanche jusqu’au coucher du soleil, et ce jusqu’à ce que les conditions météorologiques ne le permettent plus.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE