Quels sont les pays les moins touchés par le chômage ?

Il y a quelques semaines, certains médias français s'étonnaient de la forte baisse du chômage enregistrée fin 2017. À la rédaction, nous y avons vu une occasion de remettre les choses en perspective en expliquant, comme toujours à l'aide de cartes, comment le chômage est calculé en France, avant d'aller voir les résultats d'autres pays dans ce domaine.

(photo flickr/Roel Wijnants)
(photo flickr/Roel Wijnants)

Nous apprenions la semaine dernière que selon l'Institut national de la statistique (Insee), le taux de chômage devrait se stabiliser à 8,9% d'ici à la mi-2018 en France (hors Mayotte). En effet, à en croire cet institut chargé de la production, de l'analyse et de la publication des statistiques officielles dans le pays, l'économie française devrait créer près de 110 000 emplois au premier semestre 2018. Cela devrait tout juste suffire à absorber la hausse de la population active.

Cette annonce fait suite à la baisse de cet indicateur fin 2017. Ainsi, la France ne comptait plus que 2 502 000 chômeurs au quatrième trimestre 2017 (2 663 000 avec les DOM), soit 205 000 de moins en trois mois, ce qui avait amené certains journaux à titrer le mois dernier que le taux de chômage en France avait atteint son plus bas niveau en huit ans.

Pourtant, saviez-vous qu'il existe plusieurs manières de calculer le chômage ? Comme l'explique un billet publié sur le site du think tank libéral Ifrap, la première, celle du Bureau international du travail (BIT) est privilégiée par l'Insee. Elle se fonde sur une enquête trimestrielle qui contacte peu ou prou 50 000 logements et sert de base aux comparaisons internationales. Ainsi, elle « décompte les chômeurs n’ayant pas du tout travaillé pendant la période considérée, disponibles dans les deux semaines et en recherche active d’emploi ».

Il en existe cependant une autre, qui décompte tout simplement les inscrits, divisés en cinq catégories distinctes, à Pôle emploi. Parmi celles-ci, la catégorie A, qui « rassemble les chômeurs n’ayant pas du tout travaillé, mais sans condition de disponibilité et avec un critère de recherche apprécié par Pôle emploi ». C'est elle qui se rapproche le plus de ce chômage dont parle l'Insee.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE