[Jeu de cartes] Qui importe et exporte quoi dans le monde ? đź”’

Cette semaine dans [Jeu de cartes], nous vous proposons de rĂ©flĂ©chir au fonctionnement de l’Ă©conomie mondialisĂ©e en faisant le point sur les marchandises les plus importĂ©es et exportĂ©es par les diffĂ©rents pays du monde. Pour ce faire, nous examinerons deux cartes rĂ©alisĂ©es par VoucherCloud, un site britannique spĂ©cialisĂ© dans l’Ă©mission de bons de rĂ©ductions, en se basant sur les donnĂ©es recueillies en 2015 par l’Observatoire de la ComplexitĂ© Économique (OEC).

photo
Un porte-conteneurs quitte le port de Savannah, dans l’État américain de Géorgie.
(Photo Flickr/ Tom Driggers)

Au XXIe siècle, Ă  l’heure de la mondialisation, les Ă©conomies des diffĂ©rents pays du monde sont toujours plus interdĂ©pendantes. Tout le monde exporte et tout le monde importe. Simplifions les choses Ă  l’extrĂŞme : certains pays s’avèrent très riches en ressources naturelles ou produits manufacturĂ©s et d’autres très pauvres. Il faut dire que mère nature n’a pas toujours distribuĂ© les cartes de façon Ă©quitable. Logiquement, chacun souhaite combler ces manques, en fonction de ses prioritĂ©s du moment. Pour ce faire, la grande majoritĂ© des pays (que cela soit fait par les États eux-mĂŞmes, ou bien par l’intermĂ©diaire d’acteurs privĂ©s) exportent (NDLR, vendent et expĂ©dient Ă  l’Ă©tranger) leurs surplus de ressources pour pouvoir en retour importer (NDLR, faire entrer dans le pays quelque chose qui vient de l’Ă©tranger et qui entre dans le cycle de l’Ă©conomie) ce qui les intĂ©resse.

Si la plupart des gens ont une vague idĂ©e des importations et exportations majeures des grandes rĂ©gions du monde, il reste complexe de suivre les Ă©volutions perpĂ©tuelles de marchĂ©s changeant dans tous les pays. C’est pour cela que le travail rĂ©alisĂ© par VoucherCloud est intĂ©ressant. En effet, l’Ă©quipe de ce site britannique spĂ©cialisĂ© dans l’Ă©mission de bons de rĂ©ductions a rĂ©alisĂ© une sĂ©rie de cartes illustrant visuellement les marchandises et les ressources les plus importĂ©es et les plus exportĂ©es par les diffĂ©rents pays du monde. Ils ont ainsi utilisĂ© des donnĂ©es de l’Observatoire de la ComplexitĂ© Économique (OEC) — un projet mis en place par le M.I.T. en 2014 dont l’objectif est de mettre au point des outils de visualisation avancĂ©s des flux Ă©conomiques du monde Ă  l’heure de la mondialisation.

Avant d’aller plus loin, il convient tout d’abord de remettre ces donnĂ©es dans leur contexte. Rappelons par exemple que la Chine (qui exporte principalement des ordinateurs) reprĂ©sente Ă  elle seule 15% des exportations mondiales, alors que la Syrie n’est responsable que de 0.0039% de ces exportations. Ainsi, en montrant les principales exportations et importations de chaque pays, VoucherCloud explique n’offrir qu’un aperçu des mĂ©canismes micro-Ă©conomiques de chaque pays — et de comment ces derniers varient par rapport au reste du monde. Sur les cartes qui suivent sont inscrits sur chaque pays les noms des ressources ou marchandises reprĂ©sentant le pourcentage le plus important des importations et exportations avec le reste du monde.

Cette prĂ©cision faite, nous pouvons maintenant nous pencher sur les exportations avec la carte ci-dessous :

Principales exportations par pays. cliquez pour agrandir (Source : vouchercloud)
Principales exportations par pays.
cliquez pour agrandir
(Source : vouchercloud)

Cette carte des exportations permet de souligner l’existence de grands dĂ©sĂ©quilibres mondiaux en matière de rĂ©partition des ressources. Le pĂ©trole, sous toutes ses formes, continue d’ĂŞtre le produit le plus exportĂ© dans 53 des 187 pays Ă©tudiĂ©s. Il s’agit de pĂ©trole brut dans 24 pays, de pĂ©trole raffinĂ© (NDLR, c’est-Ă -dire traitĂ© pour en tirer le maximum de produits Ă  haute valeur commerciale) dans 18 et de gaz de pĂ©trole dans les onze restants.

Les exportations de mĂ©taux, de minĂ©raux et de matières organiques arrivent en seconde position. Dans 50 pays, ces matières premières reprĂ©sentent la clĂ© de voĂ»te de l’Ă©conomie. En premier lieu, on retrouve l’or, première exportation de 16 de ces pays. Les moins chanceux, comme l’IndonĂ©sie ou la CorĂ©e du Nord se tournent vers l’or noir et exportent des briquettes de charbon. D’autres, comme le Liban, fournissent au monde ses bijoux. Le Niger, lui, se positionne sur le dangereux crĂ©neau des matières chimiques radioactives. Enfin certains, comme la Gambie ou les ĂŽles Salomon continuent de se concentrer sur l’exportation de bois non traitĂ©.

Le problème de la faim dans le monde Ă©tant malheureusement loin d’ĂŞtre rĂ©solu, 35 pays se concentrent sur l’exportation de nourriture. Pourtant, les produits exportĂ©s ont parfois de quoi surprendre, notamment dans le cas des petits pays et des pays insulaires. Ainsi, la Nouvelle-ZĂ©lande exporte majoritairement du lait concentrĂ©, la Barbade des alcools forts, l’Afghanistan du raisin, les Maldives des filets de poisson et les Comores des… clous de girofle.

Il est intĂ©ressant de remarquer qu’il existe aussi une sĂ©paration très nette entre les pays dits dĂ©veloppĂ©s et le reste du monde. Alors que la plupart des pays d’Europe de l’Ouest exportent des produits manufacturĂ©s (en France, nous nous spĂ©cialisons par exemple dans les avions, les hĂ©licoptères et les navettes spatiales), les pays plus pauvres demeurent naturellement enclins Ă  compter sur leurs ressources naturelles (pĂ©trole, mĂ©taux, minĂ©raux et matières organiques en tĂŞte, suivies par la nourriture). Dans ces pays, il est frĂ©quent qu’un type d’exportation se retrouve Ă  dominer l’Ă©conomie d’un pays entier.

Ainsi, en Irak, au Timor oriental ou en Angola, le pĂ©trole brut reprĂ©sente plus de 90% de la somme totale des exportations. En GuinĂ©e-Bissau, ce rĂ´le est rempli par les noix de coco, les noix du BrĂ©sil et les noix de cajou. Ă€ noter qu’au Kiribati, petit État archipelagique d’OcĂ©anie, ce sont les poissons surgelĂ©s qui reprĂ©sentent Ă  eux seuls 90,4% des exportations.

Principales importations par pays. cliquez pour agrandir (Source : vouchercloud)
Principales importations par pays.
cliquez pour agrandir
(Source : vouchercloud)

En matière d’importations, ce qui saute très vite aux yeux c’est qu’il y a beaucoup moins de diversitĂ©. Le carburant occupe de très loin la première position. En effet, près de l moitiĂ© des pays (97 sur 187) importent du carburant, sous une forme ou une autre. Pour 18 pays, il s’agit de pĂ©trole brut et pour 74 de pĂ©trole raffinĂ©. Le constat est sans appel, en 2015 le pĂ©trole continuait de diriger notre monde façonnĂ© par la mondialisation.

En seconde place, on retrouve des produits manufacturĂ©s en lien avec l’industrie du transport. C’est le cas dans 54 pays. 26 d’entre eux (dont la France, mais aussi l’Allemagne, l’Australie, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie) importent prioritairement des voitures. Suivent les navires de passagers, les navires spĂ©cialisĂ©s et les avions et hĂ©licoptères.

Sans surprise, les douze pays les plus pauvres ont tendance Ă  importer avant tout de la nourriture. C’est par exemple le cas de la Somalie, du Soudan du Sud et de la Syrie. Les ressources alimentaires les plus demandĂ©es Ă©tant le blĂ©, suivi de la volaille et du riz.

Comme l’explique très bien le Daily Mail, la carte souligne l’existence d’une division très nette entre les pays les plus riches et les moins riches du globe. Ainsi, l’Europe de l’Ouest et l’AmĂ©rique du Nord se concentrent sur l’importation de moyens de transport et de technologies modernes. Pour l’essentiel, l’Asie, l’Europe centrale et l’Europe de l’Est, mais aussi les pays comparativement plus pauvres, plus petits, ou plus Ă©loignĂ©s se concentrent toujours sur les ressources Ă©nergĂ©tiques (en prioritĂ© le pĂ©trole sous toutes ses formes). Enfin, les pays plus pauvres ont tendance Ă  importer de la nourriture ou des biens de première nĂ©cessitĂ©. Ă€ noter que du cĂ´tĂ© de la RĂ©publique centrafricaine ce sont malheureusement les armes qui ont le vent en poupe…

VoucherCloud prĂ©cise que, lĂ  encore, certains pays voient leur principal secteur d’importation très largement dominer le total de leur Ă©change commercial. Ainsi, les ĂŽles Marshall, petit État de MicronĂ©sie, importent presque exclusivement des navires (84,3%). Pour finir, remarquons Ă©galement que certains États ne font pas mentir les clichĂ©s les concernant. C’est le cas de la Suisse oĂą l’or reprĂ©sente 27,7 des importations.

Le sujet vous intĂ©resse ? Nous vous invitons Ă  consulter directement le travail de VoucherCloud, disponible sur leur site Internet. Quant aux donnĂ©es les plus Ă  jour en matière d’importations et d’exportations dans le monde, elles sont notamment disponibles sur le très bon site de l’Observatoire de la ComplexitĂ© Économique (OEC). Bonne lecture.

Recommandé pour vous

0 commentaires