[Jeu de cartes] Objectif Lune đź”’

Une fois n’est pas coutume, cette semaine direction l’espace, et plus précisément la Lune, dans [Jeu de cartes]. Des chercheurs de la prestigieuse université Brown, aux États-Unis, ont en effet cartographié l'emplacement et la teneur en eau des gisements d'eau piégés dans la couche supérieure du sol lunaire. Objectif : faciliter la vie de ceux et celles qui partiront, un jour peut-être, explorer le satellite naturel de la Terre.

(Copyright  Brown University)
Les points jaunes représentent les sites d'alunissages des différentes missions Apollo. On remarque que l'essentiel des réserves d'eau lunaire se situe près des pôles.
(Copyright  Brown University)

Il y a seulement quelques jours, nous apprenions que les partenaires de la Station spatiale internationale (ISS) envisagent d'envoyer prochainement un avant-poste à proximité de la Lune afin de préparer l'exploration humaine de notre satellite naturel. Le "Deep Space Gateway" (en français, "passerelle vers l'espace profond") serait plus un « véhicule qui aura la capacité de naviguer » qu'une station spatiale sur le modèle de l'ISS, comme l'expliquait récemment Frank De Winne, conseiller auprès du directeur des vols habités et des opérations à l'ESA et directeur du Centre européen des astronautes, dans les pages du portail d'information Futura-Sciences.

De Winne poursuit en expliquant qu'il s'agira de « voir comment ce véhicule peut supporter des missions lunaires robotiques et habitées et nous aidera à développer un véhicule pour explorer Mars avec des humains ». En attendant d'aller imiter l'équipe de la série Mars, il convient de noter qu'il est de plus en plus sérieusement envisagé d’envoyer des hommes explorer la surface de la Lune dans un avenir proche. C'est dans ce contexte qu'une récente série de cartes, mise au point par une équipe de chercheurs de la prestigieuse université Brown, aux États-Unis, prend tout son sens.

Comme nous l'explique un article paru sur Space.com, les chercheurs américains ont cartographié les valeurs de teneur en eau (NDLR, la quantité d'eau liquide contenue dans un échantillon de matière) des différents gisements d'eau piégés dans la couche supérieure du sol lunaire. Leurs résultats, publiés le 13 septembre dans la revue scientifique Science Advances, pourraient grandement faciliter la vie des astronautes américains, cosmonautes russes, spationautes français et autres taïkonautes chinois (NDLR, ces différentes appellations désignant toutes des hommes et des femmes qui vivent, travaillent et voyagent dans l'environnement extraterrestre ; elles ne varient qu’en fonction du pays) qui se rendront peut-être un jour sur le satellite, en leur permettant de connaître l'emplacement des gisements d'eau in situ.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

RĂ©initialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE