Moscou : Une gigantesque statue de Mikhaïl Kalachnikov dans le centre-ville

Le 19 septembre, Mikhaïl Kalachnikov, inventeur éponyme de la tristement célèbre arme à feu, a reçu de nouveaux honneurs posthumes de la ville de Moscou. La capitale russe a en effet inauguré en grande pompe une statue de 7,5 mètres de haut à son effigie. Il y est dépeint un fusil d’assaut à la main. Un hommage que l’homme, décédé le 23 décembre 2013 à l’âge 94 ans, n’aurait peut-être pas vu d’un si bon œil.

(Capture)
(Capture d’écran YouTube/ RFE/RL)

Du haut de ses 7,5m, une nouvelle statue contemple désormais le centre-ville de la capitale russe. Pesant près d’une tonne et placée sur un socle de granit à une intersection du nord de la ceinture des jardins qui entoure le centre de Moscou, elle est à l’effigie de Mikhaïl Kalachnikov. L’inventeur éponyme de l’arme à feu également connue sous le nom d’AK-47 y est présenté armé de sa mitraillette, ainsi que nous l’apprend Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL) dans un article.

L’œuvre est signée Salavat Tcherbakov, un sculpteur habitué à travailler avec le pouvoir qui avait déjà réalisé l’année dernière une statue, aussi géante que controversée, du tsar Vladimir 1er, qui trône à proximité du Kremlin. Ce dernier a expliqué à l’agence de presse russe ITAR-TASS qu’il a modifié ses plans originaux pour y ajouter le fusil d’assaut de peur que les habitants de la ville ne reconnaissent pas l’inventeur.

Mikhaïl Kalachnikov n’avait pas besoin d’une statue pour être populaire en Russie. En effet, les autorités le dépeignent depuis longtemps comme un patriote héroïque pour avoir lancé la production de ses fameux fusils d’assaut en 1947. De son vivant, l’homme a reçu un grand nombre de distinctions de la part de l’État russe, au rang desquels le prix Staline, qui fut rebaptisé prix d’État de l’URSS après la déstalinisation.

Par leur légèreté, leur fiabilité, leur facilité d’entretien, mais aussi et surtout leur coût très faible, ses fusils d’assaut avaient donné un avantage marqué à l’armée soviétique. D’abord pensés pour l’armée russe, les AK-47 ont ensuite très vite connu un succès à l’international, en particulier auprès des guérillas ainsi que des pays avec de faibles moyens financiers. À ce jour, il est estimé qu’entre 70 et 110 millions d’exemplaires ont été produits. L’arme est si populaire qu’elle orne même des drapeaux, comme ceux du Mozambique ou du mouvement chiite libanais Hezbollah.

Pas sûr cependant que l’homme aurait désiré être représenté de la sorte. En effet, peu de temps avant sa mort le 23 décembre 2013, à l’âge 94 ans, l’inventeur de l’AK-47 avait témoigné des remords par rapport au mal causé par son invention. Dans une lettre datée du 7 avril 2013, il s’était confessé à l’Église orthodoxe russe et tout particulièrement au patriarche Kirill, comme le relatait à l’époque Le Monde : « Ma douleur est insupportable […] : si mon fusil a ôté la vie à des humains, moi, Mikhaïl Kalachnikov […], fils d’une paysanne, chrétien, et orthodoxe par ma foi, ne serais-je pas responsable de la mort d’êtres humains, fussent-ils des ennemis ? »

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Testez 8e étage gratuitement pendant 1 mois !

Des grands reportages exclusifs en toute indépendance 🌍
ESSAI GRATUIT