Spécial Journée internationale de la langue maternelle [Jeu de cartes]

 On dénombrerait près de 6000 langues sur Terre. Les 21 les plus parlées le seraient par près des 2/3 des habitants de la planète bleue, ce qui laisse 5981 langues au tiers restant. À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, célébrée tous les 21 février depuis maintenant 18 ans, "Jeu de cartes" vous propose une chronique sur la diversité linguistique et le multilinguisme.

(Photo Flickr/ Eric Andresen)
(Photo Flickr/  Eric Andresen)

[MAJ] Article initialement publié en février 2015 et mis à jour le 5 mars 2018

Le 21 février 1952, des dizaines d’étudiants tombaient sous les balles de la police pakistanaise à Dhaka (la capitale actuelle du Bangladesh). Ce jour-là, ils se sacrifiaient dans l’espoir que leur langue, le bengali, soit officiellement reconnue langue officielle, au même titre que la langue urdu, dans ce qui était à l’époque le Pakistan. Ces « martyrs de la langue » inspireront, près d’une dizaine d’années plus tard, un mouvement sécessionniste bien plus large qui finira par aboutir à l’indépendance du Pakistan oriental. En 1971, le Bangladesh était né. Le nom du pays fait d’ailleurs explicitement référence à la langue bengali. Les droits linguistiques s’inscrivent donc comme une composante fondamentale d’un pays faisant du 21 février un jour férié.

Près de 30 ans plus tard, l’UNESCO déclare le 21 février Journée internationale de la langue maternelle. Un geste fort en faveur de la lutte pour la survie des langues minoritaires et/ou en voie d’extinction, mais aussi une invitation aux différents pays du monde à embrasser le multilinguisme ainsi que le respect de la diversité linguistique et culturelle. Le thème de l’édition 2018 ? « La préservation de la diversité linguistique dans le monde et la promotion du multilinguisme en vue de réaliser les objectifs de développement durable ».

Avant de s’aventurer plus loin, il convient de rappeler ce qu’est exactement une langue maternelle (ou langue natale). Nous en donnions déjà la définition dans une précédente chronique sur les secondes langues natales les plus parlées. Petite piqûre de rappel, il s’agit, d’après le Larousse, de la « première langue apprise par un sujet parlant (dit alors locuteur natif) au contact de l’environnement familial immédiat ». Il s’agit donc d’un moyen d’expression qui s’acquiert au cours de l’enfance et permet de mettre en œuvre les mécanismes de socialisation ainsi que de former les fondements d’une identité en exprimant son appartenance à une certaine culture.

La suite de ce reportage est réservée aux abonnés. 8e étage est un media indépendant, 100% financé par ses lecteurs, sans publicité ni actionnaire. Quatre grands reportages par mois sont ainsi réservés aux abonnés.

N’hésitez pas à nous soutenir à partir de 3,90€ par mois à prix libre (paiement sécurisé/sans engagement) pour accéder à cet article ainsi qu’à tous les autres longs formats du site !

Recommandé pour vous

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE