Aux États-Unis, le patrimoine global d’un Blanc est de 142.000$. Celui d’un Noir est de 11.000$

Avec une part plus importante de leurs économies investie dans leur maison, les Noirs ont plus durement subit le crash immobilier de 200!. (photo flickr/madichan)
 Avec une part plus importante de leurs économies investie dans leur maison, les Noirs ont plus durement subit le crash immobilier de 2008. (photo flickr/madichan)

L’inégalité entre la communauté noire et la communauté blanche n’a rien de nouveau sur le sol américain. Face à un employeur, à la justice et, les récents évènements ont assez insisté sur ce point, face à la police. Mais un nouveau rapport publié par le Pew Research Center enfonce encore davantage le clou. L’écart entre le revenu moyen d’un américain blanc et d’un afro-américain est abyssal. En réalité, aux États-Unis, un Blanc gagne en moyenne 13 fois plus qu’un Noir. Et ce n’est guère mieux pour la communauté hispanique qui gagne en moyenne 10 fois moins que la communauté blanche.

FT_14.12.11_wealthGap2.0

Les données récoltées par le Pew proviennent de l’Enquête sur les finances des consommateurs, un rapport édité tous les trois ans par la Réserve fédérale des États-Unis. Aussi inquiétant soit ce premier graphique, le second, plus clair, l’est presque davantage. Il montre, dans le détail, comment sont réparties les richesses par « ethnie ». Alors, quelles raisons à ce gouffre gigantesque entre les revenus des noirs et des blancs ? Selon une étude de 2013 menée par l’Université Brandeis, les cinq plus grandes composantes de l’écart croissant entre les Noirs et les Blancs seraient – dans l’ordre du plus au moins important – l’accès à la propriété, le revenu, le chômage, l’enseignement et l’héritage.

FT_14.12.11_wealthGapBars.0

Selon les chercheurs, la ségrégation résidentielle est une des principales responsables du gouffre entre les Noirs et les Blancs. Elle aurait rendu la construction d’un « patrimoine financier » plus difficile dans les quartiers non-blancs, écrivent-ils. Et comme les Blancs ont tendance à bénéficier d’un héritage familial plus important et de plus d’aides financières, ils achètent plus tôt, ce qui leur donne plus de temps pour se constituer un patrimoine financier. La discrimination aux prêts bancaires dont sont historiquement victimes les Noirs ne ferait qu’aggraver la situation. De plus, l’habitation constituerait une part plus importante du patrimoine des Noirs. La crise immobilière les auraient ainsi frappé plus durement que les Blancs.

Correction : Dans sa première version, cet article employait le terme “revenu” à la place de “patrimoine” à certains moments.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE