L’augmentation de CO2 précipite les poissons dans la gueule de leurs prédateurs

(photo flickr/WIlly Volk)
(photo flickr/WIlly Volk)

L’acidification des océans, provoquée par l’absorption de 22 millions de tonnes de CO2 contenus dans l’air chaque jour, engendre des poissons téméraires qui ont tendance à être attirés par leurs prédateurs, démontre une étude de l’Institut australien des sciences maritimes (AIMS). « L’odorat des petits poissons est gravement affecté dans les eaux riches en CO2, d’une manière qui menace leur survie », a déploré Alistair Cheal de l’AIMS, co-auteur de la recherche. Les membres de l’organisme maritime ont étudié le comportement des poissons dans une zone où l’eau est particulièrement acide : la baie de Milne, au large de la Papouasie-Nouvelle Guinée.

En plus de perdre leur odorat, les poissons auraient tendance à s’aventurer plus loin des côtes qu’à leur habitude et donc de s’exposer davantage aux prédateurs. Deux effets qui s’ajoutent à ceux déjà démontrés par d’autres études ; l’acidification des océans aurait de graves conséquences sur la formation des coquilles et des exosquelettes des crustacés et animaux marins.

Recommandé pour vous

0 commentaires