Les jeunes Européens pourraient vivre moins vieux que leurs grands-parents

 Le tabagisme, la consommation d’alcool et l’obésité pourraient conduire la jeune génération européenne à vivre moins longtemps que leurs grands-parents, déplore l’organisation mondiale de la Santé.

L'Europe est championne du monde en terme de consommation d'alcool et de tabagisme.  (photo flickr/Peer Pressure)
 L’Europe est championne du monde en terme de consommation d’alcool et de tabagisme.
(Photo Flickr/Peer Pressure)

Une taxe sur les produits alimentaires sucrés, des subventions pour les fruits et légumes et un prix minimum pour les boissons alcoolisées… autant de mesures que l’Organisation mondiale de la Santé estime indispensables si l’Europe veut accroître l’espérance de vie de ses jeunes.

« Si on arrive à faire entrer dans les esprits que trop de sucre est dangereux pour la santé – et nous le savons notamment grâce aux recommandations de l’OMS de 2014, où nous disions que l’apport calorique quotidien ne doit pas contenir plus de 10% de sucre, 5% étant l’idéal –, alors les pays pourront envisager de jouer sur les prix pour régler le problème lié à la surconsommation de sucre », a déclaré au Guardian João Breda, responsable du programme nutrition, activité physique et obésité pour l’OMS en Europe. Car si en France les boissons sucrées sont taxées à hauteur de deux centimes d’euro par canette depuis l’entrée en vigueur de la Taxe soda le 1er janvier 2012, il n’en est rien du reste des aliments sucrés.

En parallèle du sucre, qui contribue à la progression de l’obésité en Europe, ce sont le tabagisme et la consommation d’alcool — dont l’Europe est championne du monde — qui sont dans le viseur de l’OMS. Selon l’organisation, la population des 53 pays de la région européenne étudiés consomme en moyenne l’équivalent de 11 litres d’alcool pur par personne par an, 30% fument et 59% sont en situation de surpoids ou d’obésité.

Et si le rapport montre une augmentation globale de l’espérance de vie en Europe, elle est principalement attribuable aux progrès de pays qui étaient à la traine dans ce domaine depuis de nombreuses années, comme le Kazakhstan, l’Ukraine et la Fédération de Russie. « Il y a un risque réel que ces améliorations soient perdues si le tabagisme et la consommation d’alcool continuent leur progression actuelle. Cela est particulièrement préoccupant pour les jeunes qui pourraient ne pas vivre aussi vieux que leurs grands-parents », déplore le docteur Zsuzsanna Jakab, directrice régionale de l’OMS en Europe. « C’est une situation inacceptable », assène la spécialiste.

Il existe par ailleurs un écart important concernant l’espérance de vie au sein des 53 pays étudiés. Par exemple, la population masculine du Turkménistan a une espérance de vie inférieure de 22 ans à celle de l’Espagne. Lorsque les deux sexes sont pris en compte, cet écart est de 11 ans. L’OMS tente actuellement de dresser un panorama de la joie de vivre en Europe. Si l’éducation, l’habitat, le travail et le revenu y seront pris en compte, le patrimoine ne représenterait pas le critère le plus important selon l’OMS. « Nous voulons comprendre pourquoi les habitants de certains pays pauvres montrent plus de joie de vivre que les populations de pays où les revenus sont plus élevés », résume Zsuzsanna Jakab.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. Blackhills 3 années ago

    Sachant que nos grands-parents avaient des paquets gratuits pendant la guerre ( Tabac de troupe ) et qu’aujourd’hui le prix du tabac augmente, et sachant qu’il avait même de la publicité pour le tabac alors qu’aujourd’hui les risques sont connus de tous, oui, il y a beaucoup de fumeur. Mais je suis pessimiste sur ce point. Ensuite l’alcool et la drogue existe depuis bien longtemps. Sauf que avant on n’en parler pas beaucoup. Honnêtement les pays d’Europe reste de très gros consommateurs. Mais je ne penche pas pour le fait qu’il y est une différence énorme entre nos générations. Ils y a toujours eu des abus.

    Répondre Like Dislike