Danemark : Un nombre croissant de mineurs souhaitent changer de sexe

 L’année dernière, près de 130 mineurs se sont portés candidats au nouveau programme de traitement hormonal de la clinique de sexologie de Copenhague. Un chiffre qui surpasse de plus de deux fois et demie les prévisions initiales de l’établissement.

(Photo Flickr/ 24x7photo.com)
(Photo Flickr/ 24x7photo.com)

Depuis janvier 2016, les mineurs de plus de douze ans sont autorisés à se faire administrer des inhibiteurs d’hormones, aussi connus sous le nom de bloqueurs de puberté (NDLR, un groupe de médicaments, aux effets difficilement réversibles, visant à empêcher la croissance des organes sexuels et la production d’hormones), à la clinique de sexologie de Copenhague, capitale et plus grande ville du Danemark. À partir de l’âge de 16 ans, les jeunes Danois ont ensuite le droit d’y suivre un traitement hormonal complet dans l’optique d’un changement de sexe, ainsi que l’explique PinkNews.

L’établissement prévoyait initialement de recevoir une cinquantaine de demandes la première année. Ce quota aura été dépassé en à peine six mois. Résultat, la clinique aura reçu près de 130 demandes en un an, nous apprend un récent article de la version danoise de The Local.

Ce nombre important de demandes n’a rien d’une surprise pour l’Association Nationale Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT Danemark) du pays. « Le grand nombre de demandes dans les pays nordiques est dû au fait que nous n’avons commencé les traitements que très tard », a expliqué Linda Thor Pedersen, porte-parole de LGBT Danmark, à l’Agence de presse danoise Ritzaus. Elle a également ajouté se réjouir que « beaucoup plus d’enfants peuvent maintenant obtenir de l’aide pour déterminer s’ils veulent un traitement et le recevoir à une période de leur vie où la puberté ne les a pas encore touchés ».

Comme le précise le quotidien danois Jyllands-Posten, il n’y a pas qu’au Danemark qu’un nombre toujours plus important de mineurs envisage un changement de sexe. En Suède, seuls quatre enfants avaient demandé à suivre un traitement similaire à celui proposé à Copenhague à l’hôpital de Stockholm en 2012. En 2016, ils étaient près de 200.

Le Danemark demeure l’un des pays les plus progressistes au monde en la matière. Depuis le premier janvier de cette année, la transsexualité y a été retirée de la liste du manuel clinique du ministère de la Santé répertoriant les maladies mentales (NDLR, c’est également le cas en France depuis 2010). De plus, depuis le 1er septembre 2014, tous les Danois peuvent librement changer de sexe auprès de l’administration, le changement devenant effectif au terme d’une « période de réflexion » longue de six mois, — avant septembre 2014, il était nécessaire de passer par la chirurgie et la stérilisation.

Recommandé pour vous

1 commentaires

  1. keg 5 jours ago

    Qu’un enfant change de sexe, la belle affaire…. c’est son droit et nous n’avons pas à juger, au nom justement de la liberté individuelle et de la tolérance.

    Mais qu’un pays change de sexe, cela reste son droit mais nous oblige à nous poser des questions..

    http://wp.me/p4Im0Q-1uc

    Répondre Like Dislike

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe