Angleterre : L’Église anglicane fait un pas en direction des personnes transgenres

À l’occasion de son Synode général, l’Église anglicane d’Angleterre a voté en faveur d’une motion stipulant que les personnes transgenres devront désormais être « accueillies et soutenues dans leurs paroisses ».

(Photo Flickr/ Paolo Margari)
(Photo Flickr/ Paolo Margari)

Réunie en synode général à York, l’Église anglicane d’Angleterre a voté ce dimanche en faveur d’une motion, adoptée à 284 voix contre 78, stipulant qu’il convient que les personnes transgenres soient désormais « accueillies et soutenues dans leurs paroisses ». De plus, les évêques qui le souhaiteront seront libres de préparer des « liturgies spéciales » afin d’accompagner le changement de sexe de l’un ou l’une de leurs paroissien.ne.s, comme le précise le Guardian dans un récent article.

À l’origine de cette motion, Chris Newlands, un prêtre anglican de Blackburn, dans le Lancashire. Au moment de la présenter, il a déclaré espérer que l’Église pourra « émettre un puissant message pour dire que nous croyons que les personnes trans sont chéries et aimées de Dieu, qui les a créés, et qui est présent lors de tous les hauts et les bas de leurs vies ». Dans ses pages, le Guardian relate qu’afin de convaincre l’assistance le prêtre a raconté l’histoire de Nathan, le fils de deux membres d’une grande église évangélique, devenue Natalie à l’âge de cinq ans sur avis médical, et retourné à l’école « plus heureux […] et sans que le personnel, les élèves, ni les parents ne fassent d’histoire ».

Citant des données de la Tavistock Clinic, un centre de thérapie psychanalytique londonien, le prêtre a rappelé que si en 2010 seuls 97 enfants avaient été dirigés vers des cliniques spécialisées au Royaume-Uni, ils étaient 1400 en 2016. Il a également ajouté qu’au Royaume-Uni, les crimes haineux visant des personnes transgenres ont augmenté de 170% l’année dernière.

Si la motion a bien été votée, il convient néanmoins de préciser que l’ensemble des membres de l’Église n’ont pas affiché leur soutien. Une partie s’étant contentée de l’accepter à contrecœur, selon les informations du Guardian. Pour sa part, Newlands a déclaré qu’il espérait que le débat au Synode « aidera à informer cette église, et beaucoup d’autres, sur les défis auxquels sont confrontés les enfants vivant la dysphorie du genre ».

Comme le précise le quotidien britannique, l’Église a voté deux motions regardées comme des avancées positives pour la communauté LGBT anglaise ce week-end. En effet, 24h plus tôt, l’Église avait déjà adopté une motion appelant le gouvernement à interdire ce que ses détracteurs appellent la « thérapie de conversion » (NDLR, une pratique rétrograde qui consiste à tenter de « transformer » les gais ou les lesbiennes en hétérosexuels), comme le rappelle le Christian Post.

Ces dernières années, l’Église anglicane d’Angleterre s’est à plusieurs reprises montrée plus progressiste que d’autres grandes Églises chrétiennes d’Europe. Elle avait ainsi déjà créé la surprise lors de son Synode de 2014, lorsqu’elle avait annoncé que des femmes pourront devenir évêques — pour rappel, elles pouvaient déjà être prêtres depuis 1992.

À noter que l’Église anglicane d’Angleterre demeure toujours partagée sur la question du mariage gay. Un groupe de travail supposé évaluer les enseignements professés par l’Église en matière de mariage a d’ailleurs déclaré lors du synode qu’il ne rendra pas son verdict avant 2020 au plus tôt, conduisant certains pères synodaux à accuser les évêques de faire intentionnellement traîner en longueur la clarification de ces questions.

Recommandé pour vous

0 commentaires

Connexion

S'inscrire

Réinitialiser mot de passe

Recevez 8e étage dans votre boîte mail !

L'information que vous n'avez pas lue dans les autres médias ! 📬
S'INSCRIRE